Est-ce possible de s’aimer une deuxième fois?

Il existe plusieurs préjugés quant à ces couples qui reprennent vie suite à une rupture. «On ne peut réparer les pots cassés» diront certains. Pourtant, ces couples retrouvés sont généralement bien convaincus qu’ils n’auraient jamais dû se laisser! Qui croire? Est-il vraiment possible de repartir à zéro?

Un manque de tolérance?

Actuellement, les statistiques évoquent qu’un couple sur deux se sépare. Un sur deux! C’est beaucoup. La rupture vient-elle trop rapidement? Peut-être. En fait, on dit que les gens sont de moins en moins tolérants face aux difficultés. Ils auraient tendance à opter pour la facilité et la rapidité en ce qui a trait à la résolution des conflits. Les couples suivraient donc cette tendance et choisiraient la facilité du « SUIVANT! » plutôt que de prendre les démarches nécessaires pour améliorer leur situation. La fameuse quête du bonheur absolu…

Je ne vous dis pas qu’il y a trop de ruptures effectuées par erreur… Je crois que plusieurs prennent une décision un peu trop hâtivement et qu’il est normal dans ces circonstances que certains couples encore amoureux décident de se donner une seconde chance après s’être éloignés.

Souvent une question de contexte

Quand l’amour est jeune…

La solidité d’un second souffle amoureux repose surtout sur le contexte de séparation. Il y a des ruptures où la reconstruction d’une éventuelle relation peut être plus facile. Par exemple, ceux ayant vécu leur relation lorsqu’ils étaient beaucoup plus jeunes. Ce n’est pas rare d’entendre des histoires « d’amour de jeunesse » dont les protagonistes se retrouvent plusieurs années plus tard : les deux ont gagné en maturité et sont maintenant prêts à s’embarquer à nouveau.

La distance qui sépare…

Aussi, il y a ceux qui se sont laissés en raison de la distance qui les séparait. L’un est établi à Montréal, l’autre transféré à Dubaï pour le boulot. En réfléchissant aux impacts, ils croient que la meilleure solution est la séparation. Leur chemin se recroise quelques années plus tard et, les deux habitant dans la même ville, ils sont prêts pour un nouveau départ. Bref, des milliers d’histoires jamais réellement terminées dont la braise est encore chaude.

Le sentiment de trahison…

Ce sont ces couples où la séparation s’est déclenchée un peu en état de choc. D’une seconde à l’autre, on passe de l’amour à la haine et la confiance s’envole en morceau. Dans les cas d’infidélité, par exemple. Après quelque temps, la poussière retombe, la personne trompée accepte les excuses, mais une fois que la relation est officialisée, la confiance est peut être excessivement difficile à rétablir. Si la page n’est pas complètement tournée, le moindre doute devient insupportable et la relation devient vite très tendue. Lors des retrouvailles, il faut absolument que les causes de la rupture ne soient plus valables ou que vous ayez réussi à pardonner. Sinon, ce sera un second échec. Une démarche avec un(e) sexologue est fortement suggérée dans ces circonstances!

Les raisons à éviter!

La nostalgie d’une histoire qui n’existe plus…

Ne mettez pas la nostalgie responsable de cette envie de revivre une histoire du passé! Beaucoup trop de gens se tournent vers l’arrière par crainte de regarder devant. Dans un tel contexte, une nouvelle rupture sera inévitable, car vous ne serez pas ensemble pour les bonnes raisons.

Peur de rester seul…

La crainte de la solitude fait aussi partie des prétextes non viables d’une seconde chance. Permettez-vous une bonne introspection avant de vous lancer.

Comment préparer la reconstruction

D’abord, il faut garder en tête que la seconde chance que vous vous offrez n’est pas une suite à votre ancienne relation, mais bien le commencement d’une autre histoire. Il faut apprendre à vous redécouvrir, comme si c’était une nouvelle personne. Refaites sa connaissance, écoutez-le (la) comme si c’était le premier rendez-vous et parlez-lui comme vous le feriez avec une nouvelle rencontre. Faites de même pour le côté sexuel. Demeurez vous-mêmes tout en restant attentifs aux besoins de l’autre.

Une rupture met les pendules à l’heure. Elle fait réaliser que la vie de couple n’est pas un long fleuve tranquille même si l’amour est encore présent entre vous. Il faut accepter les hauts comme les bas que la relation vous apporte et mettre l’emphase sur l’importance de la communication. Avant de vous lancer vers un nouveau départ, vous devez prendre conscience ensemble de ce qui n’a pas fonctionné la première fois. Évidemment, il est fort possible que cette discussion soit un peu enflammée, mais une fois que vous aurez fait le tour de tous les sujets, regardez vers l’avenir avec les outils pour y faire face.

Vous avez vécu d’autres relations pendant votre rupture? Pas besoin de tout raconter. Ce fragment de votre vie fait partie de votre jardin secret et ce ne sont pas des détails utiles à la reconstruction de votre relation.



(Cette chronique sexologique est également publiée sur Canal Vie.)

5 comportements qui nuisent à ta relation

Il y a de ces comportements et actions qui ont un réel impact sur la dynamique de votre couple. Certains sont bons, d’autres moins. Je t’ai donc répertorié les 5 comportements qui peuvent nuire à la santé de ta couple à long terme!

Être trop égoïste

Pour qu’un couple fonctionne, il faut une bonne dose de consensus. L’égoïsme pur et dur n’a pas sa raison d’être. Je précise «pur et dur», car plusieurs reprochent à l’autre d’être égoïste lorsqu’au fond, ce n’est qu’une mauvaise répartition des tâches ou une communication qui est en cause. L’égoïsme au sens précis du terme est un attachement excessif porté à soi-même et à ses intérêts, au mépris de ceux des autres. Or, si vous faites ce genre de reproche à l’autre, il est important de vous questionner sur l’ensemble des comportements qui vous agacent et les émotions qui s’en dégagent.

Penser que l’autre peut tout deviner

Que votre relation dure depuis 5, 10 ou 40 ans, l’autre ne lit pas dans vos pensées! «Oui, mais il devrait savoir que….»; non justement. La meilleure façon de se comprendre est de se parler. «Si elle m’aimait assez, elle saurait que…»; non, non et non! Ne te fait pas de fausses idées et ne mets pas tout ce poids de la devinette sur les épaules de l’autre. C’est très nocif pour la relation car c’est un excellent moyen d’accumuler des insatisfactions.

Refuser de reconnaître ses torts

Les conflits dans un couple sont inévitables. En fait, ils sont même nécessaires car ils prouvent que vous êtes deux personnes à part entière, que vous ne vous fondez pas l’un dans l’autre et que vous avez assez confiance en votre couple pour vous affirmer pleinement. Par contre, lorsqu’on est en relation, il faut apprendre à bien gérer ces mésententes et refuser de reconnaître ses torts n’est certainement pas une bonne façon de les régler. Bien souvent, quand quelque chose éclate, les blâmes sont attribués à 50/50. Prends un temps de réflexion si tu veux mais mieux vaut s’excuser.

Se refermer

Nous sommes plusieurs sexologues à nous entendre sur le fait que ce n’est pas la longévité du couple qui témoigne de son succès, mais bien sa façon d’arriver à gérer les conflits. Or, se refermer sur soi-même plutôt que de faire face à la discussion n’est pas une bonne façon de renforcer la santé de son couple. Certains ont si peur de faire éclater la relation qu’ils préfèrent se taire. Saches qu’être en mesure de s’affirmer est un signe de santé psychologique et relationnelle. Qu’est-ce qui t’empêche de faire part à l’autre ce que tu ressens réellement? Quelles émotions s’en dégagent? C’est une excellente réflexion à réaliser si tu as tendance à te replier sur toi-même.

Prendre l’autre pour acquis

On le sait tous qu’il ne faut pas prendre l’autre pour acquis. Mais le mettons-nous vraiment en pratique?
Ce comportement a un lien direct avec le désir sexuel. Sais-tu pourquoi au début c’était si fort? Parce que tu avais, entre autre, ce sentiment d’insécurité et de distance psychologique vis-à-vis l’autre. Quelle place détient la séduction dans ton couple aujourd’hui? Est-elle autant physique qu’intellectuelle et émotionnelle? Quelle est l’approche utilisée pour initier une relation sexuelle? Est-ce la bonne? Il n’y a rien de pire que de se faire demander littéralement de faire l’amour. En avez-vous discuté ensemble?



(Cette chronique sexologique est également publiée sur Canal Vie.)

5 signes que votre relation se dirige vers l’échec

Il y a des signes qui ne trompent pas… Je vous suggère de leur porter une attention particulière!

1. Le manque de discussions

En début de relation, c’est normal qu’on manque un peu de conversation puisque la nervosité peut nous empêcher de nous exprimer librement. Par contre, au fil du temps, les conversations doivent s’enrichir tout autant que la relation. La connexion intellectuelle est hyper importante pour la réussite d’une relation. Évidemment, il est fort possible que vous n’ayez pas 100% des mêmes intérêts de discussions, mais si vous trouvez des sujets d’échanges enrichissants autant pour l’un que pour l’autre, votre couple est sur la bonne voie!

Suggestion: Regardez une série ou un documentaire ensemble et échangez sur le sujet!

2. L’abondance de reproches

Le jugement et les reproches sont des comportements très nocifs pour une relation. Personne n’est parfait et tout le monde a ses lacunes. Si un défaut ou une attitude vous énerve en début de relation, sachez que ce sera possiblement pire après quelques années de vie commune. Et vous savez quoi? Vous ne pourrez pas le ou la changer! Par contre, rien ne vous empêche de vous exprimer sur un élément qui vous dérange. Tout se dit, avec respect.

Suggestion: Cessez les reproches, acceptez l’autre ou partez.

3. Le manque de signes d’affection

Se toucher, s’embrasser, se prendre dans les bras sont des signes d’un couple en santé. Même si vous riez beaucoup ensemble, que vous passez du bon temps à faire des activités et que vous aimez cuisiner, si les signes d’affection ne sont pas présents, il n’y a rien qui vous distingue d’une relation amicale. Prenez-vous la main, regardez-vous dans les yeux, séduisez-vous!

Suggestion: Malgré votre horaire chargé, prenez quinze minutes par jour pour démontrer votre affection!

4. Les conflits non réglés

Les désaccords sont systématiques dans une relation. Vous êtes deux personnes à part entière et vous ne serez pas toujours d’accord sur tout. Par contre, si vous laissez planer ces conflits et ces mésententes sans mettre les efforts nécessaires pour les régler, votre relation sera vouée à l’échec, car cette attitude ne fera qu’augmenter la tension.

Suggestion: Dressez une liste de tous les irritants\conflits qui planent depuis trop longtemps et prenez les moyens pour les régler pour de bon.

5. La relation est à sens unique

Si vous avez l’impression que vous êtes la seule personne à vous investir et à mettre les efforts nécessaires pour que le couple fonctionne, il est possible que vous viviez dans une relation à sens unique. Si la planification des sorties, les sujets de discussion, les projets d’avenir et les marques d’affection ne seraient jamais présents sans votre implication, c’est que la relation n’est pas équitable et qu’elle est vouée à l’échec pour cause d’essoufflement.

Suggestion: Imposez vos limites et revendiquez vos besoins, car tôt ou tard votre générosité vous fatiguera.



(Cette chronique sexologique est également publiée sur Canal Vie.)

Vivre avec une personne ayant une dépendance

Lorsqu’on vit avec une personne ayant une dépendance, c’est l’impuissance et la frustration qui l’emportent. Que ce soit envers l’alcool, la drogue, la nourriture, le travail, les jeux, le sexe ou l’Internet, la dépendance de l’autre risque de vous faire sombrer si vous ne mettez pas votre énergie au bon endroit. Voici donc quelques pistes de solutions qui pourraient vous aider à y voir plus clair.

Pour mieux comprendre la dépendance

La dépendance se caractérise simplement par un moyen d’évitement face à une souffrance. La personne adopte des comportements destructeurs, car elle est incapable de supporter la douleur, qu’elle soit physique ou psychologique. L’objet ou le comportement de dépendance devient donc un remède rapide et efficace pour contrer la souffrance qui l’habite. Or, le cercle vicieux n’est jamais bien loin, car la pression que la personne dépendante subit face aux différents commentaires de son entourage accentue son sentiment de mal-être, ce qui active le comportement d’addiction. Donc, comment doit-on réagir?

Faire une croix sur son rôle de sauveur

Vous avez caché les bouteilles d’alcool, vous avez installé un contrôle parentale pour Internet, vous l’avez empêché de sortir, vous l’avez menacé de le (la) quitter, etc. mais aucune de ces stratégies ne s’est avérées efficaces. Plusieurs décident de tout prendre en charge pour aider le (la) partenaire dépendant(e), mais si vous adoptez ce comportement, c’est envers vous que vous aurez un comportement destructeur. Vous allez finir par vous oublier et vous épuiser. Il faut donc rediriger l’énergie vers soi et tenter de responsabiliser la personne dépendante.

La conspiration du silence

Pour vous aider à responsabiliser l’autre face à sa dépendance, plusieurs spécialistes suggèrent de mettre en place une sorte de «conspiration du silence» afin de lui faire prendre conscience que lui/elle seul(e) décide de son comportement. L’idée est donc de ne plus lui faire de remarques ou de commentaires concernant son comportement, de ne plus lui demander de diminuer sa consommation ou de lui faire remarquer le nombre d’heures qu’il passe sur Internet, etc. Vous diminuez ainsi sa pression et les risques que les comportements destructeurs reprennent de plus belle et vous le/la laissez prendre la responsabilité face à sa problématique.

La vie doit continuer

Il est primordial de vous recentrer sur vous-mêmes et de vous extraire de la problématique de dépendance. Mentionnez-lui votre impuissance, votre frustration et toutes les émotions qui vous grugent de l’intérieur. Votre conjoint(e) a besoin d’une aide professionnelle et rassurez-le (la) que vous serez à ses côtés lorsque la décision d’une démarche psychologique sera amorcée. D’ici là, faites des activités qui vous plaisent et dirigez-vous vers votre propre bonheur. C’est la meilleure façon de lui donner l’envie de vous suivre vers la vie!



(Cette chronique sexologique est également publiée sur Canal Vie.)

Peut-on réellement changer l’autre?

En lisant le titre, je suis certaine que votre réponse a été un «Non» bien assumé. La plupart des gens croient effectivement qu’il est impossible de changer l’autre, mais inconsciemment (ou secrètement!) plusieurs ont déjà tenté de le faire. D’où vient cette contradiction?

Pourquoi vouloir changer l’autre?

Une fois que le cocktail d’hormones passionnelles des débuts ne fait plus effet, l’amour aveugle se dissipe peu à peu. Il laisse place à quelque chose de plus vrai, mais de plus rationnel et c’est à ce moment qu’on se rend compte qu’au final, l’autre n’est pas aussi parfait qu’on l’a cru au début. Pourtant, l’autre est le même depuis le premier jour!

Elle est anxieuse, il n’est pas assez affectueux, elle passe trop de temps avec ses amies, il manque d’ambition, elle a moins de libido… bref, vous avez fait fi de ces petites imperfections mais voilà qu’elles t’énervent aujourd’hui. Évidemment, certaines manies peuvent se modifier si la demande est concrète et respectueuse. Même si on sait pertinemment que l’autre n’est pas une pâte à modeler que l’on peut façonner comme bon nous semble, il est tout de même possible de demander à ce qu’un comportement change si ce dernier nous blesse. Par la discussion, tout est possible. Cependant, vous ne pourrez jamais dénaturer quelqu’un. Tout ce qui concerne ses valeurs et ses traits de personnalité, considérez ces facettes comme appartenant à la structure même de l’individu. À ce moment, il faudra donc accepter la différence qui vous unit…

Introspection nécessaire

Bien avant de penser à changer votre partenaire, une introspection personnelle s’impose. Quelles sont vos réelles motivations derrière cette demande? Trop souvent, on pense à tort que l’autre est responsable de nos sentiments négatifs. Or, ce qui vous énerve ou vous agace est peut-être relié à une vieille blessure de votre côté. Il n’est pas rare qu’une personne exige que l’autre devine ses moindre désirs quand celle-ci a dû, dans le passé, taire ses envies par crainte de déplaire ou pour diminuer les tensions. Il est donc important de vous demander si le malaise relié au comportement de l’autre correspond plutôt à votre histoire passée.

Prôner l’adaptation

Vouloir changer l’autre est un peu un trip d’égo. C’est obliger l’autre à vivre la relation selon nos propres couleurs et cette rigidité ne peut être gagnante. Vivre à deux c’est exprimer nos besoins tout en acceptant que chacun doit s’adapter à l’univers de l’autre. Même si certaines désapprobations ont leur raison d’être, les changements de comportements sont un long processus qui nécessite du temps et de la compréhension. Ce qui est évident pour vous ne l’est peut-être pas pour l’autre et cette nuance peut créer de la frustration. Lorsqu’un individu ne perçoit pas l’urgence de changer, il ne le fera pas pour les bonnes raisons et le résultat sera temporaire. N’oublie pas que VOUS êtes responsable de votre propre bonheur et que l’autre n’est qu’un bonus! Si un sentiment d’insatisfaction plane constamment au dessus de votre relation, il est peut-être temps d’en discuter ensemble!



(Cette chronique sexologique est également publiée sur Canal Vie.)

10 questions pour savoir si vous l’aimez encore

Dans le meilleur des mondes, on ne veut pas se poser la question. Sauf qu’il arrive de se questionner sur la profondeur des sentiments que l’on éprouve à l’égard de l’autre, et c’est tout à fait normal! Est-ce que je l’aime encore réellement ou est-ce le sentiment de sécurité qui me fait croire que tout va bien? L’amour ou l’attachement?

Voici donc dix questions à se poser pour vous aider à y voir plus clair.

Aimez-vous les moments passés ensemble?

Est-ce que certains moments ont un petit je-ne-sais-quoi qui vous font sentir bien et heureux(se)? Un fou rire, un instant de complicité ou même une larme? Ça peut être aussi banal que lire un magazine pendant que l’autre écoute la télé mais par le fait d’être collés à échanger quelques trucs de temps à autre, et vous vous sentez bien. Il est important d’apprécier les moments passés ensemble, car si vous commencez à étirer vos journées au boulot pour diminuer les instants où vous êtes ensemble, une cloche sonne.

Est-ce que l’autre vous manque parfois?

C’est si bon de s’ennuyer de l’être cher! Et quand on est amoureux, l’autre nous manque parfois. On y pense, on a hâte  de savoir comment a été sa journée, etc. Je ne dis pas qu’on doit s’ennuyer à la minute où l’on se quitte! L’amour n’est pas synonyme de dépendance. C’est simplement le bonheur tangible d’être bien à deux et d’anticiper positivement ces moments.

Avez-vous des projets d’avenir avec l’autre?

Les projets d’avenir sont essentiels à la santé du couple. Ils permettent aux amoureux de regarder droit devant et dans la même direction. Que ce soit l’achat d’une maison, fonder une famille ou simplement un week-end de ski, ces projets communs solidifient le couple de façon constructive et permettent aux amoureux de créer de beaux moments de complicité. Si vous n’avez plus envie de ce genre de projet à deux, il est possible que votre avenir ne soit plus à ses côtés.

Le sexe est-il présent?

Non seulement le sexe doit être présent, mais il doit être plaisant! La sexualité doit avoir une place de choix au sein du couple, car la complicité sexuelle enrichit la vie à deux. Bien qu’une baisse de libido soit tout à fait normale de temps à autre pour les deux partenaires, le désir peut être un excellent baromètre aux sentiments que vous ressentez pour l’autre. S’il n’y a plus de désir depuis un bon moment et que vous avez tout fait pour y remédier, l’amour n’est peut-être pas aussi fort que vous ne le croyez …

L’appréciez-vous pour qui il/elle est réellement?

Est-ce que sa personnalité vous plaît réellement? Son humour grinçant, sa façon de cuisiner, ses passe-temps sont-ils encore une source d’amour ou si ces traits vous donnent maintenant la nausée? Vous savez, beaucoup trop de gens tentent de changer l’autre après quelques années de vie commune. Pourtant, ils sont exactement ce qu’ils étaient au tout début et il y a de fortes chances que ce soit ainsi qu’ils demeurent. Trop de choses à changer? Aussi bien changer complètement de modèle…

Avez-vous envie de lui faire plaisir?

Lorsqu’on aime, on donne sans vraiment compter. C’est cliché, mais c’est vrai que la lune semble la seule limite. Avez-vous encore envie de lui faire plaisir? De lui concocter son plat préféré, de lui masser les épaules, de l’embrasser à lui en donner des frissons, et ce, sans retour? Si, au contraire, tout semble une corvée et que vous n’avez plus la force d’être à l’écoute de ses envies, mieux vaut partir et lui donner la chance d’être avec quelqu’un qui le fera.

L’admirez-vous encore?

L’amour vient avec un sentiment de fierté. En amour, on a l’habitude de mettre l’autre sur un piédestal. C’est normal! ON a tous connu ce genre de personne qui vantait continuellement son ou sa partenaire en mentionnant simplement qu’il faisait les meilleures tartes aux pommes du monde ou qu’il était le Dieu grec du BBQ. On rit bien, mais notre première pensée est souvent: «Wow, cette personne est en amour!» Alors, voilà, si plus aucune fierté mutuelle ne se dégage de votre relation, il est temps de se questionner sur vos sentiments amoureux.

Aimez-vous partager avec l’autre?

Il se passe un moment cocasse au bureau et tout de suite vous vous dites que vous avez hâte de raconter ça à l’autre! Cet échange est important parce qu’il fait partie de votre vie de couple. La communication est essentielle et notre envie de partager résulte d’un sentiment d’amour et de confiance.

Le/la trouvez-vous encore séduisant(e)?

Même après plusieurs années de vie commune, vous le ou la trouvez encore sexy? C’est peut-être un signe que l’amour est encore présent. Son sourire vous fait fondre, ses yeux rieurs, ses fesses sous la serviette enroulée à sa taille, bref, vous le ou la trouvez encore séduisant(e) et c’est bon signe! Mais si vous vous sentez de plus en plus indifférent(e) face à son charme et que même ses efforts esthétiques vous laissent froid(e), questionnez-vous. L’amour réside aussi dans le pouvoir de séduction.

Avez-vous envie de vous investir dans la relation?

Vouloir s’investir dans une relation amoureuse, c’est accepter que tout ne soit pas parfait et de faire les efforts nécessaires pour remédier aux mauvais moments. La vie commune n’est pas un long fleuve tranquille et plus on laisse les choses aller, plus la relation dérivera.

Avez-vous encore envie de garder le cap et de vous battre corps et âme pour la réussite de votre couple? Si oui, accrochez-vous à l’amour qui vous reste et faites ensemble les efforts nécessaires pour être heureux. Si vous n’avez plus la force et l’énergie de le faire, prenez un peu de recul afin de mieux évaluer vos besoins dans votre vie amoureuse.



(Cette chronique sexologique est également publiée sur Canal Vie.)

Prendre une pause, est-ce bon pour le couple?

Vous avez fait beaucoup d’effort pour remettre votre couple sur les rails, mais vous vous retrouvez devant l’ultime option: «Et si on prenait une pause?». Peut-être y avez-vous déjà songé mais vous ne savez pas trop si cette éventualité est vraiment bonne pour votre couple. Je vous invite à lire ce qui suit pour comprendre ce qu’il en est.

Voir le positif dans la pause

À la suite des difficultés relationnelles récurrentes, certains couples considèrent que mettre la relation sur pause pendant quelques temps peut être une bonne idée. Pour d’autres, ce peut être une forme de rupture déguisée et non-assumée. Quoi qu’il en soit, de plus en plus de sexologues proposent cette alternative si, malgré tout, l’amour est encore présent au sein du couple.

La pause peut tout de même avoir beaucoup de positif même si la décision peut être difficile à prendre. D’abord elle permet de prendre du recul face à la relation. Parfois, lorsqu’on se sent trop étouffés par les difficultés de notre couple, on ne voit que l’énorme montagne à surmonter. En prenant du recul, on s’éloigne de cette montagne pour mieux l’analyser.

Aussi, lorsqu’on fait face à plusieurs obstacles relationnels depuis trop longtemps, il se peut que toute l’énergie mise sur les tentatives de résolutions aient mis de côté notre propre bien-être personnel. La pause peut donc permettre de se recentrer sur soi-même, de faire le bilan sur nos intérêts et de réfléchir plus objectivement à la suite des choses.

Bien que la pause peut sembler fragiliser la relation, il n’en reste pas moins que la distance peut aussi recréer le désir trop longtemps enseveli sous la tonne de désillusions quotidiennes. Paradoxalement, c’est par la distance que la passion et le désir s’animent. Cet arrêt peut donc donner un second souffle à la relation par le sentiment de manque et d’envie de se retrouver avec l’autre.

Les règles à suivre

Si vous décidez de vous lancer et de mettre officiellement votre couple en trêve pendant quelque temps, il est important d’établir des règles claires et de les suivre à la lettre tout au long de cette distance.

La durée

Dès le départ, il faut établir la durée nécessaire pour vous permettre de faire le point chacun de votre côté. Personnellement je suggère au moins 21 jours. On dit qu’il faut trois semaines pour intégrer une nouvelle routine quotidienne et je crois sincèrement c’est le temps requis pour mieux vous recentrer sur vous-même.

Décider de l’exclusivité sexuelle

Pour plusieurs, l’exclusivité sexuelle demeure aussi pendant la trêve. Or, plusieurs aussi se laissent tenter par le libertinage que la sensation de liberté procure. Il faut donc que vous établissiez si la sexualité avec d’autres est permise ou si vous restez fidèles envers l’autre.

Le déroulement

Maintenant, il n’en tient qu’à vous de déterminer comment vous voulez vivre cette pause. Profitez-en pour faire des activités qui vous allument, car il n’y a rien de mieux qu’un bon moral pour améliorer la réflexion. Ne vivez pas cette démarche comme une rupture, mais plus comme une opportunité d’un nouveau départ.

Cesser les contacts

La pause sert à créer une coupure. Les contacts devront être réduits au maximum voire presque absents. Contactez l’autre seulement si c’est vraiment important et non pour parler de votre journée. Par contre, si vous cessez complètement de vous parler, je suggère tout de même de vous donner signe de vie quelques jours avant la fin afin de prendre le pouls de ce qui se passera par la suite.

Le retour

Dès le retour, discutez des réflexions que vous avez faites durant la trêve. Qu’est-ce qui en ressort? Quelles sont vos impressions? Quelles ont été les points positifs? Les points négatifs? Est-ce que cette démarche a été bénéfique? Quelle en est la conclusion?

Si vous prenez la décision de rester ensemble, commencez immédiatement les efforts nécessaires pour que la relation ne s’enlise pas à nouveau. Discutez aussi de comment vous entrevoyez le futur. Soyez honnêtes. N’hésitez pas à demander une prolongation si vous en sentez le besoin.



(Cette chronique sexologique est également publiée sur Canal Vie.)

Après une infidélité, partir ou rester?

Lorsqu’on apprend que l’autre nous a été infidèle, c’est comme si le monde s’écroulait sous nos pieds. Sur le coup, il est vraiment difficile de prendre une décision claire et réfléchie, car avec évidence, trop d’émotions vont à l’encontre de la raison. Acceptez d’abord le fait que cette situation vous met en colère, vous attriste et vous perturbe, car ces émotions sont tout à fait normales dans les circonstances.

Pourquoi l’infidélité?

Étourdi(e) par la routine quotidienne qui s’acharne sur sa vie personnelle et/ou la dynamique du couple, l’infidèle décide de briser l’ennui en se laissant charmer par les yeux doux d’une conquête potentielle. L’infidèle ne passe donc pas à l’acte pour blesser son ou sa partenaire, mais bien pour briser sa propre solitude. Simple accident de parcours ou double vie, la découverte a l’effet d’une bombe pour la personne trompée.

Le passé s’effondre, la confiance aussi. Les certitudes s’envolent et l’autre se demande qui est véritablement la personne qui partage sa vie. Tout ce qu’ils avaient bâti ensemble est remis en question et la personne trompée est désormais partagée entre l’amour et la haine. Dure d’y voir clair quand juste avant la macabre découverte, le sentiment amoureux semblait indestructible.

Retrouver la fameuse confiance

La confiance mutuelle est à la base de la solidité du couple et c’est pourquoi, à première vue, l’infidélité est inacceptable et impardonnable. Or, lorsqu’on s’est beaucoup investi dans la relation et qu’on veut comprendre pourquoi c’est arrivé, il est possible de mettre les choses en perspective et se diriger pas à pas vers une forme de pardon. La personne trompée n’oubliera jamais ce qui s’est passé mais il est possible d’aller de l’avant lorsque l’infidèle met immédiatement un terme à toute relation extraconjugale, est ouvert à la discussion et accepte la colère de l’autre.
C’est alors que le processus de pardon peut s’enclencher tranquillement.

Répondre aux bonnes questions

Évidemment, au début, la personne trompée sera obsédée par l’événement. Trop de questions envahiront ses pensées et elle aura l’impression que plus jamais elle ne pourra faire confiance. À ce stade-ci, il est très important pour l’infidèle de répondre aux questions en toute honnêteté et accepter que le pardon ne sera pas immédiat.
(**ATTENTION! Les questions posées doivent servir à faire évoluer la reconstruction. N’alimentez pas votre curiosité morbide en demandant les moindres détails du contexte d’infidélité.**)
L’infidèle doit chercher les véritables motifs de ses actes et être en mesure d’en discuter avec son ou sa partenaire afin qu’ensemble ils puissent réévaluer la solidité du couple et trouver des pistes de solutions.

Prendre le temps

Viendra ensuite l’ultime étape de réapprendre à faire confiance. Ce processus peut prendre des mois et c’est correct ainsi. Il est important de prendre le temps qu’il faut pour libérer l’amertume et diminuer la colère. Lorsque le partenaire infidèle démontre sincèrement son amour, son affection et son regret, il est un peu plus facile de passer l’éponge.

Chacun vit à sa manière l’infidélité de l’autre. Certains vont appliquer le processus du pardon, d’autres vont mettre un terme à la relation à la minute où ils en prennent conscience. Il s’agit vraiment d’une situation unique à chacun, il est donc impossible de généraliser les réactions. C’est pour cette raison que je vous suggère fortement de rencontrer un(e) sexologue qui saura vous guider de façon personnalisée à travers tout ce processus.

 



(Cette chronique sexologique est également publiée sur Canal Vie.)